Le plein à 5 centimes

par Dominique

Ou comment ne plus vider son porte-monnaie dans le réservoir

Dans cet article, tu découvriras le coût réel de ta voiture et comment diminuer drastiquement tes frais de mobilité, tout en réduisant ton empreinte écologique.

À l’échelle du globe, plus d’un millard d’automobilistes dépensent une fortune pour injecter dans leur réservoir une énergie fossile polluante et non renouvelable, dont les deux tiers seront uniquement transformés en chaleur.1 En effet, seul un tiers du carburant est converti en énergie destinée à propulser le véhicule. Outre cette aberration écologique, le prix du litre d’essence ne peut qu’augmenter ces prochaines années à cause de l’ajout de nouvelles taxes, ceci couplé à la raréfaction de la ressource.

Heureusement, il existe des solutions pour sortir de ce cycle apparemment sans issue.

Un plein moyen à Fr. 80.-

L’expression “faire le plein” se rapporte habituellement au plein de carburant d’une voiture. Bien que cela diffère selon les modèles, un réservoir a une contenance de 50 litres et le prix moyen de l’essence ces dernières l’année s’élève à Fr. 1,60, soit un plein moyen de Fr. 80.-.

C’est parti pour insérer Fr. 80.- de carburant dans le réservoir, soit Fr. 1’584.- par an, en moyenne.

Le véritable coût d’une voiture

Selon le Touring Club Suisse (TCS), le lobby des automobilistes suisses, les coûts de carburant d’une automobile représentent 15,1 % du coût total d’une voiture. Sur une année, cela représente Fr. 1’584.- dépensés rien que pour l’essence. 

D’ailleurs, la plupart des automobilistes croient que le carburant constitue leur principale dépense d’entretien, alors que c’est loin d’être le cas, puisque l’intégralité des frais doivent être comptabilisés : 

  • achat et amortissement du véhicule, dépréciation de sa valeur, leasing
  • services au garage
  • réparations
  • achats/changements des pneus
  • location d’un espace pour l’entreposage des roues d’été/d’hiver au garage
  • amendes (vitesse, parking, alcool, non respect du code de la route)
  • taxe annuelle d’immatriculation
  • frais liés au service des automobiles (dépôt/reprise des plaques d’immatriculation…)
  • expertises (contrôles périodiques)
  • frais de parking (surface occupée au domicile, place sur le lieu de travail, parcomètres)
  • péage des autoroutes (vignette annuelle en Suisse)
  • lavages (tunnel de lavage, produits d’entretiens…)
  • huile moteur, lave-glace
  • achats d’accessoires (sièges enfants, chaînes à neige, coffre de toit, porte-vélos, désodorisant, tapis, autocollants décoratifs, etc.)
  • transformation du véhicule, tuning
  • assurance :
    • responsabilité civile
    • casco partielle ou totale
    • dépannage
    • protection juridique circulation
  • éventuellement non pris en charge par les assurances :
    • accidents
    • dégâts naturels (grêle, chute d’arbres)
    • vandalisme
    • fouines

Au total, notre voiture coûte donc Fr. 10’495.- par an.

Touring club suisse

Sachant que de nombreux ménages possèdent deux voitures, c’est près de Fr. 21’000.- par an qui s’envolent pour la mobilité.

Personnellement, quand je possédais encore une automobile, son coût était supérieur à cette moyenne. Le fait que c’était un véhicule occasion n’a pas diminué les frais, peut-être même le contraire. Je cumulais panne sur panne (je n’ai jamais eu de chance avec les véhicules à moteur) et devoir sortir près de Fr. 2’000.- pour une expertise devenait presque normal. Non seulement je me ruinais, mais en plus je roulais le 99 % du temps seul dans mon break noir de 1’500 kilos rabaissé, aux vitres teintées, aux jantes tuning et aux pneus extra larges, voiture qui ressemblait d’ailleurs à un corbillard, fossoyeur de ma fortune.

Tu l’as compris, pour être riche et écolo, la voiture individuelle t’éloigne de tes objectifs.

Mais alors ? C’est quoi cette histoire de plein à 5 centimes ? T’entends-je fulminer devant ton écran.

5 centimes, c’est le prix moyen du plein d’une batterie d’un VAE (vélo à assistance électrique). Certes, au niveau écologique, il ne peut pas rivaliser avec le vélo musculaire, mais comparé à une voiture composée de 1’500 kilos de ferrailles, de plastiques et de produits chimiques, c’est déjà un bon coup de pédale en avant. 

Un vélo, même électrique, peut-il vraiment remplacer une voiture ?

Les détracteurs du vélo argueront qu’une bicyclette, même électrique, ne peut pas remplacer une voiture. En effet, peut-être pas dans toutes les situations, mais il est utile de rappeler qu’en Suisse 50 % des trajets en voiture font moins de 5 km et qu’un trajet sur trois mesure moins de 3 km, distances qui se font aisément à vélo.2 D’ailleurs, les excuses fusent pour justifier l’usage systématique de son automobile, comme si on devait transporter quotidiennement une armoire normande ou une personne handicapée.

Lorsqu’on possède une voiture individuelle, on l’utilise pour presque tous ses déplacements, ce qui peut se comprendre par le souhait de “rentabiliser” les Fr. 10’495.- annuels. Par ailleurs, le poids des habitudes est souvent plus fort que la raison et l’automobile est employée même si les autres moyens de transport seraient plus appropriés.

Se passer de voiture individuelle consiste à changer de paradigme, c’est-à-dire ne plus penser qu’à travers un seul moyen de transport, mais opter pour la multimodalité : choisir le moyen de transport le plus adapté aux circonstances, mais ceci fera l’objet d’un autre article. Revenons-en à notre plein.

Calculer le prix d’une recharge d’un vélo électrique

Pour connaître le coût d’une recharge d’un VAE, il suffit d’abord de multiplier la tension (en volts, V) et la capacité de recharge (en ampères-heure, Ah) pour obtenir la capacité énergétique de la batterie en watts-heures (Wh) :

V x Ah = Wh

Exemple pour la batterie Bosch PowerPack 500, qui équipe mon vélo :

36 V x 13,4 Ah = 482,4 Wh = 0,4824 kWh (diviser par 1’000 les Wh pour obtenir les kWh)

Puis, multiplions le résultat obtenu par le coût au kWh (kilowatt-heure), donnée disponible auprès du service des énergies de ta commune.

Coût du kWh dans ma ville : 9,25 ct/kWh

9,25 x 0,4824 = 4,46 centimes

Le plein de mon vélo électrique me revient donc à 4,46 centimes !

batterie de vélo électrique chargée (VAE), coût de la recharge : 5 centimes
Et hop, ma batterie est chargée avec 4,46 centimes d’électricité !

Cependant, ici aussi il ne faut pas tomber dans le piège de réduire ses frais de son vélo électrique au plein de sa batterie, comme on a tendance à le faire pour la voiture. En effet, un vélo électrique revient en moyenne à Fr. 582.-/an, ce qui représente une certaine somme, mais comparé aux Fr. 10’495.-/an d’une automobile, c’est une économie de Fr. 9’913.-/an.3

En résumé :


VoitureVélo électrique
Coût du pleinFr. 80.-Fr. 0,05
Coûts mensuels totaux (tous les frais)Fr. 874.-Fr. 48,50
Coûts annuels totaux (tous les frais)Fr. 10’495.-Fr. 582.-
Coûts sur 10 ans (tous les frais)Fr. 104’950.-Fr. 5’820.-

Pour conclure, utiliser un vélo électrique à la place d’une voiture constitue un gain financier considérable : 

  • Fr. 9’913.- par an représentent une fois et demi le salaire net médian d’une personne seule en Suisse. Nombreuses entreprises versent 13 salaires annuels, là c’est comme recevoir 14,5 salaires par an, pas mal, non ? 
  • Sur 10 ans, cela fait Fr. 99’130.- de plus sur ton compte en banque !

Vélo et environnement

S’enrichir c’est bien, mais si c’est pour contribuer à la surexploitation des ressources naturelles, au réchauffement climatique et nuire à la qualité de vie sur Terre, alors il faut trouver d’autres solutions. Sur le plan environnemental, même si un vélo électrique n’est pas la panacée, il est tout de même trois fois plus léger que son conducteur, alors qu’une voiture en pèse 18 fois plus : une charge plus lourde demande davantage énergie à être déplacée.

Ensuite, la batterie d’un vélo électrique pèse 2-3 kilos contre près de 200 kilos pour celle d’une voiture électrique. Les réserves de lithium seraient donc bien moins utilisées si une partie de la population employait un VAE à la place d’une voiture.

Enfin, le vélo électrique étant avant tout un vélo, il possède les qualités inhérentes à celui-ci : occupe peu d’espace sur la voie publique, facile à garer, plus rapide en ville, silencieux, ne provoque pas d’embouteillage, ni de particules fines cancérigènes et est efficace contre la sédentarité.

Dans cet article, nous avons vu l’impact de la mobilité sur l’environnement et ton porte-monnaie et que l’utilisation systématique de la voiture individuelle constitue la plus mauvaise option.

Et toi ? Combien te coûte le plein de ta voiture et/ou de ton vélo ?

N’hésite pas à donner ton point de vue dans les commentaires et à partager cet article si tu penses qu’il peut intéresser quelqu’un !

  1. https://www.transitionsenergies.com/combien-voitures-monde/ []
  2. https://www.pro-velo.ch/fileadmin/redaktion/Bilder/Themen_und_Angebote/Velos/20170606_Chiffres_pratique_velo_Suisse.pdf []
  3. https://www.unige.ch/mobilite/files/5214/7220/2578/Brochure_VAE_vs_scooter.pdf []

Laisser un commentaire